Bibliographies du service Veille et Analyses, IFÉ

WIKINDX Resources

Ben Ayed Choukri (2011). « Petites discriminations ordinaires : L'Ă©ducation un espace Ă  haut risque ? ». Le sociographe, n° 34, janvier. 
Added by: RĂ©mi Thibert (06 Feb 2014 10:23:02 Europe/Paris)   Last edited by: RĂ©mi Thibert (17 Feb 2014 10:12:18 Europe/Paris)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: BenAyed2011
Categories: General
Subcategories: Discriminations Ă  l'Ă©cole, Discriminations Ă  l'Ă©cole
Keywords: discrimination
Creators: Ben Ayed
Collection: Le sociographe
Views: 2404/2688
Views index: 30%
Popularity index: 7.5%
Notes     
L'auteur s'étonne de l'absence de littérature sur la discrimination à l'école. {"Cette} mise à distance de la notion de discrimination renvoie à l'imbrication complexe de traditions théoriques et politiques, à la triple emprise du marxisme, de l'universalisme républicain et de l'impensé colonial." Pourtant des travaux se sont succédés sur l'ethnicisation des rapports scolaires et sur les ségrégations scolaires. Les analyses sociologiques se sont peu emparées de la discrimination en France car elles s'intéressent davantage au concept d'inégalités et de domination. Quant la sociologie américaine et britannique s'intéressait après guerre aux relations inter-ethniques (et donc à la discrimination), la sociologie française s'intéressait aux questions sociales (et donc aux rapports de classe). définition : "la discrimination désigne une opération de séparation volontaire d'un groupe de personnes en fonction d'un attribut spécifique en vue de lui appliquer un traitement inférieur ou d'entraver son accès à différents biens, services, espaces, statuts ou droits" Pour certains, "la question ethnique ne serait qu'une surdétermination de la question sociale" Mais ça pose qq problèmes, du moins, ça occulte une partie de la réalité : voir la sur-représentation des élèves issus de l'immigration dans les filières les moins valorisées socialement, ou encore leur sur-exposition au chômage. Ils se retrouvent bien plus souvent que d'autres dans des établissements scolaire de relégation. A performance scolaires identiques, ils sont davantage orientés vers des filières défavorisées. Et une fois sur le marché du travail, ils se trouvent confronté encore à des discriminations. La question éthnique n'est pas uniquement liée à la question sociale, elle a ses propriétés qui lui sont propres. cf 2 articles de la {RFP} (Payet, 92 et Payet \& Van Zanten, 96). Ne pas reconnaitre cette spécificité favorise des discriminations qui pénalisent les enfants d'origine étrangère et leurs familles. Une des raisons pour lesquelles la sociologie de l'éducation française ne le prend pas en compte est "l'impensé de la génèse coloniale". les travaux existants parlent de : ségrégation scolaire : cf l'organisation de "bonnes classes" dans les établissements difficiles pour limiter la fuite des {CSP} plus aisés = discrimination de fait (et non d'intention) des relations entre parents et enseignants : paternalisme et grande distance culturelle des jugements professoraux : stigmates envers les élèves issus de l'immigration des interactions avec les enseignants Il faut attendre les années 2000 pour que la problématique de l'ethnicité et des ségrégations scolaires prenne de l'ampleur. Cf le livre de Felouzis et al 2005 (l'apartheid scolaire) Discriminations scolaires choix de l'école suppression de la carte scolaire accentue le phénomène de discrimination. Ca s'est vérifié aux {EUA} et en Angleterre (accroissement de ségrégations socio-ethniques). Ca a mené à des politiques de déségrégation scolaire Le choix scolaire ={>} discrimination de fait rapport de {l'IG} (Obin \& Peyroux, 2007) conclut que l'assouplissement de la carte scolaire conduit à renforcer les ghettos scolaires et fragilise les établissements de banlieue. catégorisation au sein des politiques d'éducation prioritaire années 60 au {EUA} et en angleterre : politiques de compensation pour aider les enfants des ghettos. C'est une "vision déficitaire des enfants issus des différentes minorités et fondées sur l'imposition des normes culturelles du groupe majoritaire" (middle classe blanche) années 80 en France : les {ZEP} (discrimination positive). En France, le cadre universaliste ne peut accepter que l'on travaille sur des "groupes cibles" alors on retient comme cible le territoire. Mais ce sont des quartiers marqués par la ghettoisation socio-ethnique. accès aux grandes écoles une autre discrimination ? L'école et les minorités reconnaitre un statut de minorité ethnique revient à mettre en cause la perspective intégrative et assimilationniste de la France. définition d'une "minorité" {"Une} minorité désigne un groupe dont les membres sont objectivement en situation de désavantage en raison d'une caractéristique commune qui fait l'objet d'une dévalorisation, d'un stigmate de la part du groupe majoritaire (Lorcerie 2003)" Pour John Ogbu (2002), l'appartenance à une minorité est le fruit "du sentiment d'appartenance à une histoire collective et à un destin commun, celui d'une assignation identitaire et des discriminations subies" L'école est un lieu à haut risque pour l'expression de discriminations. Elle "détermine fortement le rapport ultérieur des individus à la société dans son ensemble".  
  
wikindx 4.1.9 ©2013 | Total resources: 8749 | Database queries: 52 | Script execution: 0.31961 secs | Style: VST pour affichage | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography
Nous écrire
accueil Veille et Analyses    |     nouveautés    |     dossiers d'actualité        

École normale supérieure de Lyon
Institut français de l'Éducation
Veille et Analyses
15 parvis René-Descartes BP 7000 . 69342 Lyon cedex 07
Standard : +33 (0)4 72 76 61 00
Télécopie : +33 (0)4 72 76 61 93