Bibliographies du service Veille et Analyses, IFÉ

WIKINDX Resources

Bracci Enrico (2009). « Autonomy, responsibility and accountability in the Italian school system ». Critical Perspectives on Accounting, vol. 20, n° 3, p. 293–312. 
Added by: orey (29 Jan 2013 15:22:06 Europe/Paris)   Last edited by: orey (07 Mar 2013 09:31:38 Europe/Paris)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: Bracci2009
Categories: General
Subcategories: apprentissages des mathématiques
Keywords: administration scolaire, autonomie institutionnelle, décentralisation, Italie
Creators: Bracci
Collection: Critical Perspectives on Accounting
Views: 2573/2895
Views index: 30%
Popularity index: 7.5%
Abstract     
The attention on education and the management of the schools represent important elements of the overall public sector manage- ment reforms in many OECD countries. The Italian school system has been characterised, in the last decade, by a process of granting schools a degree of autonomy in terms of educational, managerial and financial functions. Autonomy goes hand by hand with respon- sibility and accountability systems of schools. This paper delivers a critical analysis of the accountability system designed intention- ally or not by the reform. The reform is based on the assumption that more local managed schools will improve the overall perfor- mance, through more autonomy, responsibility and accountability. In doing so, the concept of accountability web and the role of cul- tural traits indevelopingformsof accountability are usedinorder to analyse the context of three case studies. The findings suggest that the reform created a dual-based accountability on schools causing higher level of stress in the organisation, and a misalignment on the accountabilityweb between school manager and teachers.
  
Paraphrases   
La réforme de 2001 a introduit plus d’autonomie institutionnelle, essentiellement en essayant de permettre un pilotage par un financement basé sur la capacité d’attraction des élèves plus que par les moyens attribués à priori.

Auparavant, les écoles publiques étaient responsables seulement auprès des bureaux d’éducation provinciaux pour la rémunération des dirigeants d’établissements et la dotation financière pour l’école, selon des procédures de simple contrôle de légalité.

Désormais, les bureaux provinciaux n’a plus que peu de pouvoir de décision sur les écoles, ces dernières devant composer avec d’autres partenaires : bureaux régionaux d’éducation (désormais responsables de la rémunération et de l’évaluation des managers scolaires), municipalités et provinces (responsables du réseau local scolaire pour les écoles primaires et secondaires), parents, syndicats.

 

La rémunération des dirigeants scolaires par le bureau régional d’éducation est l’innovation clé introduite par la réforme, les dirigeants scolaires (« dirigente scolastico ») devenant redevables de la performance globale de leur établissement, de façon quasi indépendante du collège des enseignants (dissociation des managers et des teachers).

 Le système éducatif en Italie reste néanmoins encore fortement centralisé. Le ministère est toujours en charge du curriculum national même si les réformes ont permis aux écoles d’avoir une marge d’autonomie pédagogique équivalente à 15% de leur volume global annuel de dotation horaire. C’est également le minitère qui finance les écoles, les dirigeants d’écoles (via les bureaux régionaux), le recrutement des enseignants, le personnel non enseignant…

  Added by: orey
wikindx 4.1.9 ©2013 | Total resources: 8749 | Database queries: 57 | Script execution: 0.31775 secs | Style: VST pour affichage | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography
Nous écrire
accueil Veille et Analyses    |     nouveautés    |     dossiers d'actualité        

École normale supérieure de Lyon
Institut français de l'Éducation
Veille et Analyses
15 parvis René-Descartes BP 7000 . 69342 Lyon cedex 07
Standard : +33 (0)4 72 76 61 00
Télécopie : +33 (0)4 72 76 61 93