Bibliographies du service Veille et Analyses, IFÉ

WIKINDX Resources

Zirotti Jean-Pierre (2006). « Les jugements des Ă©lèves issus de l’immigration sur les dĂ©cisions d’orientation scolaire et les conditions de leur scolarisation ». Cahiers de l'URMIS, n° 10-11. En ligne : <http://urmis.revues.org/document249.html>. 
Added by: RĂ©mi Thibert (20 May 2008 14:12:58 Europe/Paris)   Last edited by: RĂ©mi Thibert (06 Feb 2014 10:19:15 Europe/Paris)
Resource type: Journal Article
BibTeX citation key: Zirotti2006a
Categories: General
Subcategories: Discriminations Ă  l'Ă©cole
Keywords: discrimination, justice, migration, psychologie de l'Ă©ducation, vie scolaire
Creators: Zirotti
Collection: Cahiers de l'URMIS
Views: 2233/5778
Views index: 42%
Popularity index: 10.5%
URLs     http://urmis.revues.org/document249.html
Abstract     
Conclusion :
"[...] nos observations sont compatibles avec la proposition de Honneth selon laquelle : « l’expérience du mépris est à l’origine d’une prise de conscience, affectivement marquée, d’où naissent les mouvements de résistance sociale et les soulèvements collectifs » (Honneth, 2002, p. 171). Nos enquêtes sociologiques confirment que « les émotions négatives qui accompagnent l’expérience du mépris pourraient en effet constituer la motivation affective dans laquelle s’enracine la lutte pour la reconnaissance. »"
  
Quotes   
Paragraph 11   les Ă©lèves maghrĂ©bins expriment pour la plupart le projet d’obtenir au moins un titre universitaire de niveau « bac + 2 » (Brevet de technicien supĂ©rieur ou DiplĂ´me universitaire de technologie), alors qu’ils sont le plus souvent orientĂ©s vers des formations professionnelles non souhaitĂ©es. Pour maintenir dans ces conditions un niveau d’aspiration sociale Ă©levĂ©, par exemple avoir l’ambition de l’accès Ă  une formation de bon niveau, ces Ă©lèves doivent combattre le poids des catĂ©gorisations propres Ă  l’univers scolaire qui tendent Ă  produire des automatismes et des rĂ©gularitĂ©s dont ils subissent les consĂ©quences nĂ©gatives dans les apprĂ©ciations scolaires et les dĂ©cisions d’orientation. Porteurs, frĂ©quemment, de parcours scolaires et de performances Ă©loignĂ©s de l’excellence scolaire, assignĂ©s Ă  une catĂ©gorie d’élèves « faibles », « en difficultĂ© », ils opposent Ă  ce marquage l’affirmation que certaines Ă©valuations sont contestables, que les compĂ©tences ne sont pas pertinemment traduites par les performances scolaires, que leurs capacitĂ©s n’ont pas encore trouvĂ© le cadre propice Ă  leur expression. En rĂ©clamant une orientation scolaire favorable, ils rĂ©clament le droit Ă  une insertion socioprofessionnelle digne, contestent que les performances passĂ©es puissent instruire le procès d’orientation et interdire sans appel l’accès Ă  certaines filières de formation ; ils prennent Ă  ses propres mots l’école de la promotion sociale, ne demandent pas l’instauration d’une discrimination positive, mais la correction des inĂ©galitĂ©s sociales qui les frappent ; par lĂ , ils se distinguent des autres Ă©lèves des milieux populaires.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 7   Critiquer l’école et son fonctionnement, mettre en question les procĂ©dures d’évaluation, d’orientation, le style pĂ©dagogique et relationnel de certains enseignants, dĂ©noncer la violation de la valeur d’égalitĂ©, interroger la relation entre les conditions de la scolarisation et les modalitĂ©s futures de l’insertion socio-professionnelle, c’est s’inscrire dans une posture qui n’a Ă©tĂ© observĂ©e avec une certaine rĂ©gularitĂ©, au cours de nos enquĂŞtes, et dans une forme argumentĂ©e, que chez des filles et des garçons issus de l’immigration maghrĂ©bine.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 17   La revendication comme l’insolence sont des rĂ©flexes de combattants rompus Ă  la lutte pour le maintien d’une dĂ©finition acceptable d’eux-mĂŞmes. Les ressources de ce combat trouvent leur origine dans le groupe social qui dĂ©limite un espace de totalisation dans lequel se constitue, pour beaucoup, l’expĂ©rience collective de l’inĂ©galitĂ©, de la stigmatisation, de la relĂ©gation dans l’espace urbain, dans les Ă©tablissements scolaires, dans les classes et filières de formation.   Added by: Agnès Cavet
Double clôture du groupe et émergence d’une posture critique
Ce processus de double clĂ´ture, qui ne peut ĂŞtre connu que par une minoritĂ© nationale ou un groupe immigrĂ©, ouvre la possibilitĂ© de rapporter Ă  un traitement dĂ©valorisant de l’altĂ©ritĂ© tout Ă©vĂ©nement discutable de la vie sociale, c’est-Ă -dire tout Ă©vĂ©nement produit sur le mode du conflit ou de la contestation, dans la vie scolaire notamment. Ainsi est socialement construit le rapport particulier des Ă©lèves maghrĂ©bins aux conditions de leur scolaritĂ© en France.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 17   On a affaire [...] Ă  un surinvestissement dans les effets sociaux de la scolaritĂ©. Cette institution est identifiĂ©e comme devant rĂ©aliser un idĂ©al de justice par un Ă©gal traitement de tous les Ă©lèves - « ne pas manquer de respect », disent-ils -, par l’offre d’une chance Ă©gale d’inscription dans la sociĂ©tĂ© - permettre d’« Ă©chapper Ă  la rue », disent-ils encore.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 18   Qu’importe qu’une dĂ©cision d’orientation ou qu’une Ă©valuation soit construite de manière rĂ©glementaire, si elle a pour consĂ©quence de renforcer, par exemple, le confinement visible, connu de tous, des Ă©lèves maghrĂ©bins dans la filière la moins valorisĂ©e, elle s’expose alors Ă  perdre toute lĂ©gitimitĂ©. Il en va de mĂŞme pour le constat d’une lacune dans les compĂ©tences(4) quand ne lui est pas adjointe une rĂ©elle possibilitĂ© d’acquisition ou de renforcement.
(45 : La maĂ®trise de la langue française souvent jugĂ©e insuffisante par les enseignants et le peu de moyens engagĂ©s pour l’amĂ©liorer en sont un cas exemplaire.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 24   [...] la catĂ©gorie « MaghrĂ©bins » ou « Arabes », dans la sociĂ©tĂ© française contemporaine, fonctionne comme une loi qui met en relation des parties (des individus) sur la base de relations (inclusion / exclusion) qui prĂ©existent aux Ă©lĂ©ments rassemblĂ©s dans le collectif et trouvent leur origine dans une dynamique sociale structurĂ©e.   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 28   De l’expĂ©rience de l’humiliation Ă  la constitution du sentiment d’injustice
Le fonctionnement de l’Ecole, dans ses procĂ©dures et son organisation, dans ses routines professionnelles, est porteur d’une humiliation potentielle qui ne s’accomplit que quand les diverses modalitĂ©s d’atteinte Ă  l’honneur social peuvent ĂŞtre indexĂ©es Ă  un maĂ®tre, un professeur, un chef d’établissement, si ce n’est Ă  des pairs [...].   Added by: Agnès Cavet
Paragraph 29   BĂ©nĂ©ficiant de la citoyennetĂ© civile, donc des droits liĂ©s au statut de l’individu et, pour les plus âgĂ©s, de la citoyennetĂ© politique, ces jeunes n’ont pas toujours le sentiment de bĂ©nĂ©ficier de la citoyennetĂ© sociale qui devrait assurer, notamment, l’accès Ă  l’éducation et Ă  l’emploi. La relĂ©gation scolaire, la discrimination Ă  l’embauche [...], attestent ainsi qu’ils ne sont pas « respectĂ©s dans leurs droits » ; l’articulation des deux dimensions du phĂ©nomène – la double Ă©preuve de ces exclusions –, et sa rĂ©gularitĂ©, leur ouvrent l’accès Ă  la prise de conscience d’une injustice [...] d’autant plus aiguĂ« qu’elle est liĂ©e au caractère collectif7 de l’émotion suscitĂ©e par la confrontation au mĂ©pris social.   Added by: Agnès Cavet
wikindx 4.1.9 ©2013 | Total resources: 8749 | Database queries: 82 | Script execution: 0.4566 secs | Style: VST pour affichage | Bibliography: WIKINDX Master Bibliography
Nous écrire
accueil Veille et Analyses    |     nouveautés    |     dossiers d'actualité        

École normale supérieure de Lyon
Institut français de l'Éducation
Veille et Analyses
15 parvis René-Descartes BP 7000 . 69342 Lyon cedex 07
Standard : +33 (0)4 72 76 61 00
Télécopie : +33 (0)4 72 76 61 93